Vélostation
Lorsque j’y suis allé la première fois c’était pour réparer le vélo d’une amie. J’en avais entendu parler très vite après être arrivé à Strasbourg : un atelier de réparation en autonomie, accompagné de conseils de spécialistes, des bénévoles amoureux du vélo.
Ils m’ont appris à démonter le pédalier, à remplacer les câbles, refaire les freins, et entretenir le vélo au quotidien.
Ici, on répare, on observe, on dialogue. On assiste à des formations sur une pièce précise, ou une mécanique du vélo. L’atelier est aussi régulièrement présent à l’occasion de la rentrée universitaire, lors de différentes rencontres autour du cycle ou des alternatives locales, pour parler maintenance et entretien, et, bien sûr, sécurité.

J’y suis revenu pour observer cette communauté de bénévoles, leurs adhérents, et diffuser leur message.
 
Il est des plus simples, et des plus importants à mes yeux : réparer le vélo d'une personne lui permettra de rouler un jour de plus, alors que si on lui montre comment le faire d'elle même, cette personne roulera toute sa vie.
Il est important d’acquérir des savoirs, qui pour peu que l’on prenne le temps, sont finalement simples, et ne demandent qu’un peu de soi.
Afin de commencer à réparer plus et à jeter moins.
Haut de page